Browsing Tag

circuits courts

Manifestation d'agriculteurs

Constat terrible…

Le blog

Depuis des années, nous entendons dire que l’agriculture française est en crise. Les médias relayent régulièrement cette information, les gouvernements se succèdent en jurant haut et fort vouloir s’emparer de ce sujet préoccupant, et pourtant aujourd’hui encore, nous devons faire face à ce terrible constat : Près d’un agriculteur sur 2 gagne moins de 350 euros par mois.

Le revenu médian de cette profession n’excède guère 1000 euros par mois, soit moins que le salaire minimum de croissance.
Dans des cas extrêmes, un agriculteur ne peut espérer se verser plus de 100 euros par mois.
Alors, beaucoup d’entre eux doivent compter sur leur conjoint salarié à l’extérieur de l’exploitation pour continuer à exister.
Lorsque la météo ne s’en mêle pas, la baisse du prix des matières premières peut rapidement plonger les comptes dans le rouge.
Les catégories de producteurs les plus préoccupantes aujourd’hui sont les éleveurs bovins et laitiers.
Pire encore, les céréaliers que l’on pensait pourtant mieux protégé avouent s’inquiéter pour leur avenir. En moyenne, ils auraient ainsi perdu près de 50000 euros de revenu par an…
Le constat n’en est que plus amer.

Revoir la PAC pour une meilleur redistribution des aides européennes.

Une des thématiques essentielles de la campagne européenne à venir doit être évidemment celle de la PAC, envisagée dans sa version post 2020.
Premier constat, celui d’une meilleure répartition des aides européennes.
Aujourd’hui, celle ci s’opère en fonction de la superficie des exploitations. Or dans un souci d’équité, elle devrait l’être au regard des revenus de l’agriculteur.
Ainsi, elle deviendrait une véritable variable d’ajustement pour une juste rémunération des producteurs.
Alors que la France figure parmi les pays bénéficiant le plus des aides européennes, nombre d’agriculteurs demeurent de nos jours fortement dépendants de celles-ci pour maintenir à flot leur exploitation.

Le constat d’un nécessaire développement des circuits-courts

Une autre piste pour assurer un meilleur revenu aux agriculteurs est la valorisation des circuits courts.
Ils ne représentent actuellement au mieux que 5 à 10% de la consommation française.

Le fait d’accroître cette bonne pratique est un levier idéal pour réconcilier ces deux parties que l’on cherche pourtant à opposer. D’un coté, les consommateurs, d’un coté, soucieux de maîtriser leur budget tout en cherchant à privilégier la qualité des produits. De l’autre, les agriculteurs, trop souvent victimes d’un agribashing des plus virulent ces derniers temps.

  • Les circuits-courts permettent de réduire considérablement le kilométrage alimentaire. On entend ici la moyenne parcourue par les aliments entre le champ du producteur et l’assiette du consommateur.
  • Ils contribuent au rayonnement d’un territoire, en portant à la connaissance du consommateur la richesse et la diversité des produits de sa région.
  • Ils bénéficient aussi au développement local. En apportant une partie des besoins alimentaires, ils sécurisent les approvisionnements et l’économie locale du territoire, en particulier de zones rurales défavorisées.
  • Enfin, en réduisant le nombre d’intermédiaires, ils assurent aux agriculteurs de vendre leur production à un juste prix, tout en offrant au consommateur final une économie non négligeable.

Il y a urgence à assurer un train de vie correct à tous ces agriculteurs, courageux fils de la terre, qui ne comptent pas leurs heures pour simplement nous nourrir.

Cet article est le premier d’une série visant à présenter mes propositions visant à permettre aux agriculteurs de mieux vivre de leur travail et renforcer les actions de prévention du suicide agricole. Il tient compte des premières remontées d’informations issues de ma consultation actuellement en cours.